Thursday, October 12, 2006

Paroles de la Commission Sexta du 8 octobre 2006

Nayarit, 8 octobre 2006
Nous remercions l’Autre Campagne à Nayarit, le Parti Communiste et la Jeunesse Communiste de Mexico pour leur hospitalité. Nous remercions aussi les membres du Congrès National Indigène et du Front des Peuples pour la Défense de la Terre, avec qui nous partageons la revendication de liberté et de justice pour les prisonniers et prisonnières d’Atenco.

Celui qui fut le médecin d’une troupe de guerilleros décrivit ainsi ce qui s’est passé il y a 50 ans :
« Je restai tendu ; je tirai en direction de la montagne, suivant l’impulsion obscure du blessé. Immédiatement, je me mis à penser à la meilleure façon de mourir en cet instant où tout semblait perdu. Je me souvins d’un vieux récit de Jack London où le personnage, appuyé contre un tronc d’arbre, se dispose à finir sa vie avec dignité car il se sait condamné à mourir de froid dans les glaces de l’Alaska. C’est la seule image dont je me souvienne. Quelqu’un, à genoux, criait qu’il fallait se rendre et on entendit une autre voix, qu’ensuite je reconnus comme celle de Camillo Cienfuegos, qui criait : « Ici personne ne se rend … » (Extraits de la Guerre Révolutionnaire)…

Ce médecin, qui fut ensuite Commandant, s’appelait Ernesto Guevara de la Serna, que le monde entier connaitra plus tard comme Che Guevara. Et 50 ans après ce combat de Alegria de Pio, les paroles de Camillo Cienfuegos continuent de nourrir la vie et la lutte de cette étoile solitaire de dignité : Cuba.
Au large de ce mélange de douleur et d’espérance qu’est l’Amérique Latine, les paroles de Camillo Cienfuegos ont aussi trouvé un écho, ont convaincu et ont fait leur chemin.

Il existe un document, ignoré des modes intellectuelles récentes, qui entre autres choses,offre une leçon d’histoire très complète, la seconde déclaration de La Havane (1962). Elle dit :
« 32 millions d’Indiens forment – comme la Cordillière des Andes – la colonne vertébrale du continent américain tout entier. Il est certain que pour ceux qui les ont considérés comme des choses, plus que comme des êtres humains, cette humanité ne compte pas, ne comptait pas et sans doute ne comptera jamais. »

Que les puissants sur ce continent ne se préoccupent pas des peuples indiens n’a rien d’extraordinaire. Mais le reproche s’applique aussi à la gauche orthodoxe latinoaméricaine. Celle qui, au moins jusqu’à présent, ne tient pas compte des peuples indiens avec leur propre identité, leur histoire, leur culture, leur tradition de rébellion…

Nous, les peuples zapatistes, sommes des peuples indiens du Mexique, et aussi de l’Amérique. Dans cette grande patrie, nous rencontrons, en-bas, le miroir sombre de notre douleur et la sombre espérance de notre lutte. En regardant vers le bas, nous rencontrons celui qui est comme nous. Ce n’est pas sur les sommets du pouvoir que nous trouvons nos semblables mais dans la lutte pour la défense de notre identité, de notre terre, de l’eau, de l’air, du monde que nous protégeons et faisons grandir, mais pour tous, non pour une poignée de voleurs qui par privilège politique, vendent ce qui ne leur appartient pas.

Et en-bas nous rencontrons l’Autre Amérique Latine.
Une Amérique qui garde les enseignements écrits avec le sang par les mouvements de libération nationaux, les grandes mobilisations ouvrières, paysannes, indiennes et étudiantes, qui commencèrent au moment où l’indépendance obtenue des pouvoirs coloniaux fut influencée, corrompue et achetée par l’argent des Etats-Unis. Une Amérique qui pour nous les Zapatistes n’existe pas seulement quand elle descend des montagnes et remplit de ses couleurs les villes et les capitales, mais qui garde chaque jour les deux ailes de son vol de liberté : la résistance et la construction d’une alternative.

C’est cette Amérique-là qui nourrit notre cœur.

en espagnol
http://enlacezapatista.ezln.org.mx/la-otra-campana/477/

1 Comments:

Blogger Saltamonteszv said...

Hola compañeros!!! les escribo porque la editorial Endira y Bunker acaban de publicar el libro "Corte de Caja, entrevista al Subcomandante Marcos".
Queremos darle difusión a esta obra y distribuirla por toda la República, si quieren conocer más, aquí estoy para servirles y chequenlo también en www.cortedecaja.org
Ojala puedan apoyarnos y al mismo tiempo apoyar su voz...

10:45 AM

 

Post a Comment

<< Home